Restitution de l’atelier éducation et environnement du mercredi 08/04

Voici les échanges de l’atelier du mercredi 08 avril sur appelé « Education à l’environnement: quels projets pour demain? »

Ce compte-rendu n’est pas figé! N’hésitez pas à réagir et commenter: toutes les remarques, idées et propositions seront prises en compte, au même titre que les paroles collectées lors des ateliers.

Nombre de participants: 16

 

Principes / objectifs généraux communs aux 3 tables rondes

Le principe de la démarche d’éducation à l’environnement consiste à intégrer un projet pédagogique au parcours éducatif, de la maternelle, l’élémentaire au collège.

 

Les conditions de réussite d’une telle démarche

L’éducation à l’environnement fait sens si elle s’appuie sur des leviers concrets du quotidien L’approche adoptée doit être concrète et palpable, et se baser sur les comportements actuels des habitants.

Si les enfants sont en premier lieu visés, il faut aussi intégrer les parents, ce qui implique de les mobiliser par des moyens adaptés:

– Intéresser les enfants grâce à des choses qui créent un rapport direct et affectif avec eux. Par exemple, les activités qui mettent les jeunes en situation de soigner les animaux, ils font une action qui a un impact profond sur leur éducation.

Mobiliser la famille par l’enfant pour arriver à toucher les habitudes du quotidien au sein du foyer.

Attention : les projets ne doivent pas mettre les enfants en porte-à-faux vis-à-vis des adultes.

Il est aussi important d’associer les services de la ville afin de ne pas laisser les habitants seuls. Le service espaces verts pourra être un partenaire privilégié au vu des retours positifs sur les actions mises en place sur le parc.

La formation des équipes pédagogiques (enseignants, animateurs, éducateurs…) est également un enjeu stratégique.

La démarche d’éducation à l’environnement est aussi l’occasion de créer des dynamiques dépassant le cadre de l’éducation par des liens entre les projets créés et le développement de filières économiques associées.

 

Questions ouvertes :

Les territoires doivent mettre en place des projets pédagogiques de territoire :

  • Quelle place pour la promotion des enjeux environnementaux ?
  • Quelle possibilité pour mettre en place un espace de dialogue avec les équipes scolaires afin de participer à l’élaboration du projet, et qui se baserait sur un échange réciproque des idées ?

Quelles manières d’échanger et de discuter mettre en place avec les écoles et les équipes pédagogiques pour partager sur le projet éducatif de territoire ? Quelles marges de manœuvre pour les habitants?

 

Table ronde « Favoriser le tri, la valorisation des déchets et la propreté »

Principes liés à ce thème

La question du tri revêt évidemment un caractère éducatif, ce qui passe par des actions de sensibilisation.

Pour la petite histoire, ce sujet a été historiquement porté par les équipes éducatives des écoles, mais il a été enlevé car ne faisant pas partie du programme national.

Pistes de projet

  • Travailler à l’accompagnement des habitants aux nouveaux modes de collecte des ordures (il s’agit d’un chantier fondamental, notamment par rapport aux dysfonctionnements actuels : poubelles et objets jetés par les fenêtres des immeubles, non respects des modes de collecte, notamment pour les déchets encombrants)
  • S’appuyer sur un élément attractif, « sinon cela ne va pas fonctionner » (« il faut réfléchir à comment rendre le tri un sujet cool ! »).

Par exemple :

  • permettre aux enfants d’accompagner la tournée de collecte (pour les collégiens),
  • pour le compostage, donner un pot aux enfants pour cultiver une plante
  • se donner l’objectif d’avoir un espace de compostage collectif à proximité de tous les écoles du quartier (dans certaines équipements, cet outils a déjà été mis en place)
  • mettre en place un atelier convivial dans lequel pouvoir amener un objet cassé pour apprendre à le réparer (concept de l’«hyper-café »)
  • Une piste à court terme : une habitante (Marie Mazille) est intéressée pour être référente d’un point de compostage en bas de l’immeuble numéro 170 Galerie de l’Arlequin.

A noter:

Des expériences en ce sens ont déjà été mises en œuvre dans le passé par les habitants :

  • organiser un jeu pour les enfants afin de les sensibiliser au tri sélectif (dans l’espace public, avec différents déchet propres qu’ils devaient ranger dans le bon bas),
  • mis en place du « passeport de l’éco-citoyen », qui permettait d’avoir une récompense sur la base de la fréquence d’utilisation de la déchetterie.

Dans le quartier il existe également une ressourcerie (Pêle-Mêle) qui accompagne à la fabrication d’objets: réfléchir à la possibilité d’ouvrir ces espaces aux élèves (notamment du collège).

 

Table ronde « Economie d’énergie, former, sensibiliser»

Principes liés à ce thème

En termes de discours, inscrire le principe d’”économie d’énergie” dans le cadre plus large d’”économie de ressources”.

Les actions mises en place doivent envisager :

  • la mobilisation de toute la communauté d’éducateurs du territoire,
  • la mise à disposition d’outils pour agir dans le concret et dans le quotidien,
  • l’accompagnement au changement des comportements.

Pistes et idées pour des projets concrets

  • Engager des travaux de rénovation thermique des équipements scolaires et en faire l’occasion pour expliquer aux enfants les questions d’énergie et de ressources (expliquer comment leurs école se transforme ; mettre en place des écrans qui montrent l’état de consommation énergétique)
  • Obtenir le label « Eco-écoles » pour toutes les écoles des quartiers
  • Favoriser les interventions d’experts extérieurs (professeurs, associations, …)
  • Mettre en place d’un appartement écologique pour accompagner la mise en place d’éco-comportements
  • Créer un parcours pédagogique en trois étapes autour de l’économie des ressources :
    • Phase 1 « Acquisition des compétences, situer les énergies » : expliquer « d’où elles viennent, ou elles vont… »,
    • Phase 2 « Expérimenter » : pour exemple, appréhender l’énergie solaire par la construction d’un four électrique,
    • Phase 3 « Comprendre la chaîne de production » : s’appuyer sur les dispositifs existants (pour exemple les panneaux solaires du nouveau silo) (notamment pour les collégiens).
  • Raccrocher les projets éducatifs proposés aux ressources naturelles du territoire qui forgent son identité, comme par exemple :
    • le parc, avec sa vocation évidente pour des activités pédagogiques en plein air,
    • la présence de la nappe phréatique souterraine, qui permet d’aborder les questions d’eau et d’énergie géothermique
    • le bois, ressource dont le grand territoire est très riche.

Point de discussion

« Il faut partir de la fin ! » : il faut travailler sur la notion d’économie d’argent pour les familles comme moyen de sensibilisation. Pour certains des participants c’est un levier important, mais elle ne peut pas suffire sans une dimension d’accompagnement pédagogique.

A noter

Des expériences existent et qui ont été mises en place en autonomie par les habitants du quartier ; notamment, ils existent des familles qui s’auto-organisent autour des économies d’énergie.

 

Table ronde « Valoriser la nature, la végétation, l’agriculture»

Principes liés à ce thème

Le sujet de l’agriculture implique de réfléchir à l’échelle de la métropole, et de travailler à la fois sur l’aspect animal et végétal de la nature

Il ne s’agit pas de faire que de l’éducation, mais aussi de faire comprendre comment les filières économiques autour de l’agriculture fonctionnent (visiter des AMAP, appréhender comment elles se mettent en place, promouvoir cette activité…)

Dans la même logique que pour le tri, il est important de coordonner les actions déjà existantes (par exemple sur les espaces verts) et de les relier aux futurs projets pédagogiques pour créer des nouveaux espaces d’expérimentation

L’agriculture pose aussi la question de la place de la nature en ville :

  • quelle gestion des espaces verts?
  • travailler sur la communication, importante pour éduquer (parcours explicatifs le long le parc pour comprendre les différentes parties du parc)

Pistes et idées pour des projets concrets

  • Créer des jeux de pistes, des nichoirs, des maisons de l’insecte, des ruches
  • Sensibiliser les enfants les raisons à la base des différentes modes d’entretien
  • Créer une ferme pédagogique sur le quartier? Ce sera sans doute difficile de gérer les animaux, aussi il serait peut-être préférable de créer des partenariats avec une ferme existante pour permettre de visiter le lieu et découvrir les animaux
  • Idée de partenariat: penser à des associations qui font du comptage pédagogique des espèces sensibles (papillons, …) qui peuvent aider à familiariser aux notions d’environnement et développement durable.
  • Travailler sur l’alimentation en cultivant par exemple des fruits et légumes provenant de différents pays pour raconter des histoires sur la géographie, l’histoire des habitants

Questions ouvertes

En lien avec la proposition de travailler sur l’alimentation, quelles actions avec la cantine scolaire pourraient être mises en place ?

2 commentaires

  1. que l’environnement physique soit une priorité dans ce début de siècle où la planète est épuisée, heureusement ! Mais il ne faut pas oublier la prévention par les actions d’économie d’énergie et d’isolation ou de production d’énergie renouvelable et surtout faire une place à l’environnement social et humain ! Une ville cohérente avec des habitants non ségrégués, où habiter tel quartier est équivalent à tel autre, où l’école de telle rue est aussi attirante et efficace que telle autre, où les collégiens de tel quartier accèdent à un parcours de formation de la même façon que dans un autre quartier, où les CSP des parents soient aussi hétérogènes dans tous les quartiers, cela demande des contraintes qu’il faut accepter (transfert de population scolaire, modulation des loyers suivant le rééquilibrage des populations, révision de l’assiette des impôts…) une tâche immense pour des élus…

    J'aime

  2. Concernant les ECO-ECOLES, il s’agit de passer du slogan de l’écoquartier à un véritable projet de vie pour La Villeneuve répondant aux impératifs de sauvegarde de la planète. L’objectif est d’avoir un véritable plan de rénovation des écoles, ambitieux comme celui des villes de Lausanne ou Bruxelles qui ont rénové en quelques années une partie importante du parc scolaire. Il s’agit d’un investissement de long terme pour répondre au sous investissement important en France (voir l’étude de l’OCDE ;http://www.snuipp.fr/Le-sous-investissement-dans-le) Pour agir sur le long terme, nous  proposons que les écoles soient l’appui principal de la  transformation écologique de la Villeneuve. Eco-école, tri et ressourceries des déchets, compostage, jardinage et plantations,… C’est un véritable investissement d’avenir qui apporte des transformations concrètes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s