Restitution de l’atelier sur la culture du lundi 13/04 « Culture(s) dans nos quartiers »

Voici les échanges du lundi 13 avril sur le thème « culture(s) dans nos quartiers ». Un montage réalisé par Alain Manach a été réalisé à l’occasion en guise d’introduction; vous pourrez le visionner sur la chaîne du blog.

Ce compte-rendu n’est pas figé! N’hésitez pas à réagir et commenter: toutes les remarques, idées et propositions seront prises en compte, au même titre que les paroles collectées lors des ateliers.

Nombre de participants: 37

  1. Qu’est-ce que la culture et quelle est sa fonction?
  • Elle permet de créer une identité, une forme de reconnaissance, à tisser des liens
  • Il y a une opposition entre la culture savante et la culture populaire. La culture n’est pas seulement savante, elle est aussi historique, ethnique, linguistique etc.
  • Il faudrait qu’il n’y ait pas que de la démocratisation de la culture (de la culture savante vers les couches populaires) mais aussi de la démocratie culturelle (la reconnaissance des cultures populaires)
  • Il ne suffit pas de faire une “culture qui fait lien”, comme s’il y avait un  consensus de la culture de la majorité, mais aussi une culture “qui a de la saveur”, c’est-à-dire qui ne tait rien, qui ne cherche pas le consensus
  • Elle représente aussi un marché économique
  1. Quel public est concerné par les actions culturelles?
  • Les publics sont larges lors des grandes fêtes de quartier, mais sinon, ce sont souvent les même personnes qui reviennent au théâtre. Par exemple: les jeunes (École du spectateur) ou des retraités
  • Ce public pourrait aller en dehors de l’”enclave” de la Villeneuve
  1. Comment gagner de nouveaux publics (sans l’instrumentaliser?)
  • Développer l’offre pour l’enfance et la petite enfance, et attirer les mamans
  • Accueillir les nouveaux habitants qui viennent à la Villeneuve et leur présenter les offres culturelles du quartier
  • Atteindre un public extérieur au quartier
  • Améliorer la communication pour mettre en valeur la richesse de la vie culturelle du quartier
  • Continuer l’éducation à la culture pour que les jeunes qui soient sensibilisés puissent continuer à fréquenter les lieux de la culture plus tard (en tant qu’actifs par exemple)
  • Faire participer les habitants plutôt que leur donner une offre toute faite
  1. Quelles sont les ressources et richesses disponibles pour les professionnels et les habitants?
  • Ressources:
    • Le matériel et l’équipement (les costumes etc.).
    • L’Espace 600 qui a un rayonnement plus large que le quartier (régional etc.)
  • Richesses:
    • Le multiculturalisme et la richesse des langues et pratiques à la Villeneuve, qui n’est pas qu’une culture savante mais aussi populaire
    • La multiplicité d’associations, de projets et d’acteurs locaux (artistes etc.)
    • Le fait que les associations  impliquent parfois la participation active des habitants (Sasfé: In Situ, la compagnie des petits pois, la fabrique Opéra).
    • La batucaVI, qui est importante pour le quartier
    • La réactivité du public et la forte présence des écoles
    • Le Crieur: un nouveau moyen pour communiquer les projets
  1. Obstacles rencontrés/ressources difficiles à exploiter:
  • Les questions financières
    • Il existe un problème de méthodologie de communication: “il y a beaucoup d’économie perdue”
    • Beaucoup d’argent est perdu dans les dépenses obligatoires (agents de sécurité onéreux) alors que les salaires des intermittents du spectacle baissent (déjà exploités d’ailleurs). Les intermittents qui travaillent beaucoup sont épuisés et ils manquent de personnel
    • Parfois, l’exploitation des richesses ne peut se faire (demande de l’argent et de l’investissement physique). Expl: Le CDNA a un fond de costume, la compagnie des petits pois aussi
  • Question de la gratuité:
    • Il est parfois difficile d’accès à la culture à cause de l’argent, même dans le cadre associatif, aussi la gratuité est une condition de l’accès à la culture. Cependant, la situation de crise peut mettre un frein à l’expansion de la gratuité
      • Retour d’expérience: le pass’ culture. Les tarifs préférentiels sont certes accessibles par toutes les MDH, mais la formule est contraignante à cause des horaires, de la condition d’y aller en groupe, d’un programme qui ne convient pas à tous (mais une équipe s’en charge actuellement)
    • Il ne faut pas privilégier le quantitatif dans les bilans au détriment du qualitatif
  • La bureaucratisation
    • Les conditions de construction des projets sont très dures. La bureaucratisation des procédures éloigne énormément les gens des espaces de création, de la légitimé d’expression. De plus, on ne sait pas clairement qui prend les décisions ou lit les dossiers de subvention (mais Mme Manon Vidal a répondu à la question lors de la réunion)
    • Les habitants ne sont pas les décisionnaires principaux
  • Problème de cohésion parmi le foisonnement des projets
    • Qui fait le chef d’orchestre? Il y a une accumulation de projets sans liens transversaux établis entre eux
    • Il existe un certain parachutage de l’offre sans qu’une concertation avec les habitants soit faite
    • La législation nous a amenés à être plus individualistes. Il faut retrouver du collectif
  • Une mobilisation des habitants limitée
    • Dans les réunions, les participants sont toujours les mêmes. Mais il a peu de travailleurs et de parents. En plus, parfois il y a une monopolisation de la parole
    • Le langage des professionnels est parfois trop technique pour les habitants. Il ne faut pas les mépriser
  • Revendications / critiques:
    • Pourquoi des subventions ont été supprimées? (Sasfé, Quartiers Libres)
    • Il y a une mutualisation qui existait encore récemment au niveau de la mairie avec beaucoup de matériel disponible pour tous. Mais a disparu sans concertation alors qu’on aurait pu former des personnes en insertion dans ces services etc.
    • Il n’y a pas de reconnaissance du travail des acteurs culturels
    • L’argent ne devrait pas déterminer qui doit décider
  1. Propositions: Comment amener les habitants à la culture? Comment mieux coordonner les acteurs culturels
  • Améliorer la lisibilité de l’offre
    • Ne pas faire des brochures trop denses qui ne donneraient pas envie d’être consultées
    • Rendre visible et mettre à jour par la mairie les différents travaux qui existent en utilisant ses ressources de communication
  • Faire des économies, demander d’autres financements
    • Mutualiser les moyens pour réduire les dépenses (argent, matériel, ou une régie collecive par exemple)
    • La ville peut nous aider
    • Demande de financements supplémentaires (500 000€ à se répartir entre associations de manière solidaire, par exemple sur le fonctionnement des sociétés berbères ou autres)
    • Sensibiliser à la sécurité incendie
  • Etre plus proche des publics
    • Être à l’écoute des demandes des habitants pour leur fournir une offre adaptée. On peut mobiliser plus d’habitants, mais sans pour autant les obliger ou les culpabiliser. Il y a un réel manque de sentiment de légitimité à partager sa culture
    • Construire entre les habitants et les professionnels un véritable projet culturel de territoire
    • Mettre à disposition des habitants du matériel de CAV, des salles
    • Référence évoquée : le philosophe et écrivain Abdennour Bidar fait un plaidoyer pour une maison de l’interculturel dans chaque territoire
  • Autres suggestions
    • Faire une sorte de notation des projets de subventions: un comité d’avis, sans être un jury
    • Investir l’espace public, à la fois par les associations, mais aussi par les habitants. Par exemple: installation d’un lavoir, de barbecues fixes etc. ou le travail de l’association Mme Ruetabaga
    • Ouvrir plus les bibliothèques (le dimanche par exemple)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s